En cette rentrée, lancez-vous dans la danse africaine!

Vous pouvez pratiquer la danse africaine sans quitter la région. Tour d’horizon.

Depuis les années 2010, la pratique de la danse africaine provoque un vrai engouement chez les amateurs de danse. Le Centre Momboy est devenu une institution à Paris, proposant des stages et des cours tous les soirs, parfois même deux sessions par soir.
Dans la région diverses associations proposent des cours une fois par semaine aussi bien à Vence, Nice, Villeneuve Loubet,  Biot que Cannes. 

La plus pratiquée est la danse mandingue, une danse d’Afrique de l’Ouest, originaire du Mandé, dans la partie frontalière entre la Guinée et le Mali. La culture mandingue englobe des danses traditionnelles et une musique qui se transmettent oralement de génération en génération. Inspirée du quotidien -baptêmes, passage à l’âge adulte, mariages, enterrements-, elle se pratique en groupe dans les villages.

Zoom sur la culture mandingue
Zoom sur la culture mandingue

Autrefois seuls les *griot pratiquaient les danses africaines. C’étaient des danseurs quasi professionnels, qui étaient les seuls à avoir le droit de danser à différentes occasions rythmant la vie du village.
Depuis quelques années les choses ont évolué : les griot se produisent dans le monde entier et certains jeunes, qui étaient auparavant peu intéressés par les danses traditionnelles les ré-interprètent et y ajoutent leur touche de modernité.

* griot: danseur traditionnel garant des traditions

Le sens du rythme

La danse mandingue comprend plusieurs rythmes comme le dounounba, dansé par les hommes « forts » représentant la chasse ou le combat. Il y a aussi le maraka une danse de bienvenue, ou le soko qui accompagne les jeunes avant la circoncision.
En France l’intérêt de la danse est surtout artistique, tandis qu’au Mali chacun interprète la danse selon le rythme qui correspond aux émotions qu’il souhaite véhiculer. En général deux types de danses  sont pratiquées : les chorégraphies dansées en groupe et les danses improvisées, très appréciées au moment des fêtes, des cérémonies.

Il existe un grand nombre d’instruments pour accompagner la danse, comme le djembé, le balafon, le ngoni, le kora ou le kamelengoni. Tous sont importants car ils donnent le tempo.
Souvent la danse est rythmée par une combinaison de trois tambours : le plus gros est le doun-dounba, le moyen est le sampan et le plus petit le kenkeni. Le djembé fola se greffe aux autres instruments et dirige l’ensemble, aussi bien les appels à terminer la musique, que les appels au « break » ou la relance de pas. Le djembé est souvent utilisé pour embellir le morceau. C’est la polyphonie africaine dans toute sa splendeur.

L’énergie et la fougue des artistes mandingues, ont permis à cette musique et à cette danse d’être reconnues dans le monde entier. Elles ont inspiré des artistes du Maroc au Brésil, où des fanfares appelées batucada jouent un rôle important dans la musique du Carnaval.

Au-delà de la danse, un patrimoine culturel

En 2011 une passionnée de danse africaine, Valérie Goiran, a créé l’ association « Expressions d’ailleurs » avec deux amies, pour assurer la promotion des danses et musiques d’Afrique de l’Ouest.

L’association fait découvrir la danse africaine au public lors de manifestations publiques ou de festivals, ainsi que la dimension patrimoniale de la danse et la joie contagieuse de certains peuples d’Afrique.

Ces dernières années l’association a présenté aux habitants de PACA des griots très connus en Guinée comme Lamine Keita, Didi Keita ou Mohammed Kouyaté. Ces danseurs très respectés en Afrique ont permis à de nombreuses personnes de découvrir leur danse dans les meilleures conditions. Ils proposent des cours et des stages pour adultes tout au long de l’année.

Plus d’infos : Pour vous initier à la danse africaine vous pouvez explorer la page Facebook de l’association de Valérie Goiran « Expressions d’ailleurs”.

♦ ♦ ♦

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

WordPress spam bloqué par CleanTalk.