Des cantines 100% bio à Mouans Sartoux, un modèle suivi en Europe

La ville est connue pour son château et son Jardin du musée international de la parfumerie. Au fil des ans c’est aussi devenu un exemple à suivre en matière d’alimentation, grâce à sa politique du tout bio.

Dans cette ville de 10 500 habitants administrée par 33 élus, le choix a été fait dès la fin des années 1990, bien avant l’heure, de proposer des produits frais, de saison et à forte qualité gustative.

En considérant que la restauration municipale était d’une part l’affaire de tous, d’autre part un enjeu de santé publique, les responsables et les habitants de la ville se sont montrés avant-gardistes et concernés par le sort des générations futures.

De l’entrée au dessert, tout est fait maison

Le programme commence timidement en 1999, avec seulement 4% de boeuf bio servi aux enfants suite à la crise de la vache folle. Le projet prend forme pour atteindre progressivement 50 % de produits bio en 2010 et 100 % en 2012. Entre temps les surcoûts, les difficultés d’approvisionnement et l’impossibilité d’utiliser des circuits courts ont amené la ville à repenser l’intégralité du système existant. La première façon de pallier au problème a été la création d’une régie municipale agricole pour produire des légumes bio et mieux maitriser les coûts.

Un domaine de 6 hectares permettant une grande autonomi

La commune a triplé les surfaces agricoles pour développer son autosuffisance alimentaire. Elle a d’abord développé une production de 30 types de légumes pour commencer, passant à 62 en 2014, pour atteindre aujourd’hui une grande autonomie, puisque 85 % des légumes proviennent des 6 hectares du Domaine de Haute-Combe. Cette auto-suffisance s’est encore développée en 2015 avec la plantation de 300 fraisiers, 70 arbres fruitiers et 20 kiwis.

Pour maîtriser les coûts une autre solution astucieuse a été trouvée : la baisse de 80 % du gaspillage grâce à une limitation des déchets. Entre 2010 et 2012, la moyenne des restes alimentaires par assiette est passée de 150 g (moyenne nationale actuelle) à 32 grammes, pour se maintenir depuis à ce chiffre, sans que les enfants soit perturbés. Ils assistent à la préparation des repas, sont impliqués dans l’adaptation des portions selon leur appétit – ils peuvent aussi se resservir – et  participent au tri des déchets. Dans le même temps, la ville veille au respect des dispositions réglementaires et garantit un équilibre nutritionnel adapté à chaque classe d’âge.

Chambre de surgélation

Le recyclage a également permis de réutiliser les épluchures et autres déchets : car contrairement à ce que l’on pourrait penser ce n’est pas ce qui est consommé qui alourdit le budget mais le traîtement des ordures.

Pour compléter l’action engagée sur l’alimentation saine et durable, la pratique d’activités sportives s’est développée grâce aux installations sportives dont la ville s’est équipée.

Une démarche inscrite dans la durée

Le projet étant en permanente évolution, une « Maison d’Education à l’Alimentation Durable » a été créée en 2016 pour aller encore plus loin dans la démarche. Au-delà de la qualité des produits et de l’autonomie que la ville a réussi à développer, il s’agit désormais de favoriser l’installation de nouveaux agriculteurs et de travailler avec ceux qui sont déjà dans la commune, de mener des actions éducatives, des actions de recherche avec les universités, et de mener des actions de partage d’expériences.

Ces actions portent déjà leurs fruits puisque l’Union européenne a choisi Mouans Sartoux (aux côtés de 5 autres collectivités) pour présenter et partager ses bonnes pratiques, dans le cadre du premier programme de coopération territoriale encourageant le développement urbain intégré et durable dans les villes de l’Union Européenne.

Il ne faut pourtant pas aller à l’autre bout de l’Europe pour constater que les bonnes pratiques inspirent toutes les parties prenantes : 85 % des parents d’élèves confiaient en 2016* avoir fait évoluer leurs pratiques alimentaires grâce aux 3 cantines de la commune. Les principales personnes concernées sont ravies : 98 % des enfants sont satisfaits de leur cantine.

* Enquête de l’Observatoire de la Restauration Durable, menée auprès de 700 familles de Mouans Sartoux en 2016.

♦♦♦

Informations

Chaque mois un produit est mis à l’honneur. En janvier il s’agissait du litchi, en février de la betterave. Pour découvrir produits et les recettes, consultez le le menu du mois et les une proposition de recette  

Pour en savoir plus  www.mead-mouans-sartoux.fr 

La betterave, mise à l’honneur en février.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

WordPress spam bloqué par CleanTalk.