La légendaire Chèvre d’Or

La région regorge d’histoires extraordinaires qui se transmettent de génération en génération. Voici celle de la cabro d’or… Certains l’admirent, d’autres cherchent à l’éviter : « Craignez la Chèvre d’or, mais ne la fuyez pas : elle seule détient les clefs des innombrables trésors de Provence » (Jean-Paul Clébert, écrivain).

Mystérieux lingots d’or et pierres précieuses

Le mythe de la Chèvre d’Or est lié à l’occupation de la Provence par les Sarrasins vers la fin du Moyen Age, une période difficile pendant laquelle les habitants s’efforçaient de repousser les mauvais esprits. Ils étaient traumatisés par les pillages collectifs et les trésors qu’amassaient les Sarrasins.
Le fabuleux animal au pelage, aux cornes et aux sabots d’or, aurait été vu gardant des lingots et des pierres précieuses entreposés par les Sarrasins vers 950 avant qu’ils ne quittent la région, fuyant les troupes de Guillaume « le libérateur », le nouveau comte de Provence.

Le trésor caché
Le trésor caché

Les Maures avaient caché leur trésor, promettant de revenir le chercher, mais aucun ne revint jamais. Une chèvre, témoin de la scène, était la seule à connaître la cachette et à devenir la gardienne du trésor. Pour éviter d’être capturée par les nombreux chercheurs d’or elle avait pour habitude de disséminer ceux qui la poursuivaient dans les collines et les montagnes de Provence. Les « chanceux » qui parvenaient malgré tout à la suivre mourraient dans des souterrains où des dragons les dévoraient.

Ce n’est que vers la fin du XIXe siècle que le conte de la Chèvre d’Or devient célèbre. Il reste vivant dans le folklore provençal : on retrouve la fameuse chèvre dans les armoiries de quelques communes, dans de nombreux établissements – des restaurants de la Côte d’Azur au fameux hôtel 5 étoiles d’Eze. Si on a des récits de la Chèvre d’Or en Belgique et en Espagne, son histoire plaît plus en Provence que dans le reste de la France. Elle n’a pas connu le destin d’autres chèvres de la région comme celle de Monsieur Seguin, d’Alphonse Daudet.

Elle va nous rendre chèvres !

La chèvre légendaire a la particularité de ne sortir qu’à la tombée de la nuit et d’être invisible à la lumière du jour. Elle met les hommes à l’épreuve, les soumet à la tentation ; ceux qui la suivent dans les méandres des grottes ont peu de chances d’en sortir vivants.
Selon les lieux la légende varie, mais la chèvre semble avoir beaucoup circulé.

On la retrouve à Eze où on raconte qu’un Maure décida de cacher son butin composé d’or, de bijoux et de diamants. Il suivit la route tracée par une chèvre, vers le Mont Bastide dominant Eze. En chemin il fit plusieurs rencontres : une masca (une sorcière en niçois), des fantômes et une bête noire aux dents et aux griffes luisantes et acérés. Au terme d’un combat à mort l’or du Maure fut réduit en poudre.  Ce dernier s’échappa de la caverne mais délaissa ses richesses. La chèvre, recouverte de poudre d’or, repartit vers la montagne, où les bergers l’aperçurent.
Dans le même village, le Château de La Chèvre d’Or devrait son nom à sa première propriétaire, une fermière. Elle élevait des chèvres et vendait le lait au marché de Nice chaque semaine. Elle cachait systématiquement le produit de ses ventes, des pièces en or, derrière les pierres d’un mur, qui ne furent découvertes qu’au moment de la rénovation des lieux.
Une chèvre d’or aurait aussi été enfouie près du col d’Eze et du mont Pacanaglia, sur le plateau de Sembola.

A Roquefort sur le vieux chemin de la Colle, se trouve la « grotte de la cabro d’or », qui s’étend sur une 60e de mètres et aurait été le repaire de la chèvre.

La Chèvre d'Or, de Paul Arène
La Chèvre d’Or, de Paul Arène

A Biot, outre les ruines d’un temple antique dit de la Chèvre d’Or, vous pourrez aussi aller au « Jardin de la Chèvre d’or », un jardin de près d’un hectare qui cacherait un trésor dans les murs d’une ruine romaine que la chèvre avait coutume de garder.

A Vallauris sur le plateau des Encourdoules, qui donne accès à la grotte de la Chèvre d’Or (lou trou de la cabro) des trésors seraient cachés. Dans « Le Folklore de la Provence », l’auteur, Claude Seignole nous met en garde : « Malheur à celui qui la suivrait dans la grotte, il ne reverrait jamais la douce lueur du jour. Egaré dans le labyrinthe des couloirs ténébreux, il perdrait bientôt le trace de la chèvre aux cornes d’or et mourrait misérablement de faim, de soif et d’épouvante, près des plus mirifiques richesses. C’est ce qui est arrivé, conte-t-on, à tous ceux qui ont voulu suivre la chèvre dans sa sombre retraite ».

A Saint Vallier de Thiey la Tour de Cavagne, aussi appelée la Chèvre d’or, correspondrait à l’emplacement primitif du village ainsi qu’aux restes d’un temple antique voué au culte de la Chèvre d’Or.

Dans le Tanneron, la légende raconte qu’un chasseur délivra une chèvre au poil luisant et aux cornes dorées, prisonnière des buissons. La Chèvre d’Or l’invita à la suivre, et le conduisit au Bau Redoun (Rocher Rond) : à leur approche un rocher pivota sur lui-même, révélant une grotte contenant des arbres en or et des pierres précieuses. La chèvre lui dit de piocher dans le trésor. Il partit ensuite pour Toulon puis revint vieilli et courbé, expliquant qu’il n’avait eu que déceptions et désillusions. Il recommanda à ceux qui le croisaient de ne pas convoiter les richesses de l’or et de préférer une vie sobre et calme.

Dans le Haut-Var, la Chèvre d’Or est mentionnée à Trigance où elle garderait le trésor des Templiers, qui possédaient une commanderie.

A Carcès les paysans se sont toujours promenés accompagnés de leurs chèvres. L’une d’entre elles, cependant était mystérieuse : ils n’arrivaient jamais à l’attraper. Elle était vue tantôt sur une grotte, tantôt sur une colline ou au bord d’une source, et seule cette « chèvre fée » connaissait l’emplacement du trésor qui était caché dans la région. Lors des soirs de pleine lune et de mistral la silhouette de la chèvre apparait parmi les pierres du château et vous conduit au trésor de la « Cabro d’or »caché par les Templiers dans les sous-sols.

Lors de vos promenades, si vous voyez de fins fils d’or accrochés aux herbes ou si certains soirs vous apercevez une silhouette sautant de rocher en rocher, vous serez peut-être à proximité de la chèvre à la toison d’or…

Sources : La Chèvre d’Or et son territoire : essai spéculatif de caractérisation spatiale, Jean-Christophe Loubier, Haute Ecole Spécialisée de Suisse Occidentale.
Le Mythe de la Chèvre d’or (blog Art de vivre), Dominique Casier.
Le Folklore de la Provence, livre de Claude Seignole.
La Chèvre d’Or, livre d’Yvan Audouard,
La Chèvre d’Or, livre de Paul Arène,
Les mediezvales barbaresques, Les free-riders (blog)

La légende de la Chèvre d'Or
La légende de la Chèvre d’Or

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

WordPress spam bloqué par CleanTalk.