La Colmiane et ses pistes aux noms exotiques

La Colmiane est située à une heure de route de Nice, entre Tinée et Vésubie. C’est une station de ski familiale qui comprend 20 pistes de ski alpin (sur 30 km) et 6 remontées mécaniques, dont 1 télésiège. Les pistes ont fermé le 2 avril mais les promenades à La Colmaine sont agréables en cette saison.

La Colmiane signifie la « montagne moyenne » en occitan alpin (la Cuòla miana), Lou cuol faisant référence à un col : le passage entre la Tinée et la Vésubie. La station fait partie du Valdeblore, cité dans des documents dès 1067 (in valle Blora). Le territoire a toujours été composé de trois villages de Saint-Dalmas, la Bolline et la Roche, auxquels se sont joints La Colmiane et Mollières. Le Val s’ouvre à l’ouest par le quartier de Blore (Bloura, qui signifierait en celtique « la pente herbeuse et raide entre forets et rochers ») et de Rimplas à l’entrée du Val sur la Tinée.

Un territoire convoité

Le Val de Blore a successivement fait partie de la Provence Catalane et Angevine (aux XIIIe-XIVe siècles) pour appartenir ensuite longtemps à la maison de Savoie, de 1380 à 1860, avec deux interruptions importantes : Louis XIV a été Compte de Nice pendant 14 ans et le Royaume de Piémont-Sardaigne l’a annexé entre 1814 et 1860. 

En 1860 Valdeblore devient définitivement français : le Comté de Nice est rattaché à la France suite à une consultation populaire qui plébiscite les accords de Turin signés entre l’Empereur Napoléon III et le Roi Victor Emmanuel II. Ce dernier garde néanmoins le sommet des crêtes et le hameau de Mollières, officiellement pour « conserver des zones de chasse ». Le traité de paix de 1947 signé en 1947 par la France et l’Italie met fin à cette situation et Valdeblore récupère enfin tous ses territoires. 

Les amateurs de promenades en raquettes connaissaient La Colmiane depuis longtemps, mais ce n’est qu’en 1929 que la station est devenue plus accessible lorsque la route reliant Saint-Martin-Vésubie à Valdeblore a été construite. Elle s’équipe alors d’un refuge dans un premier temps et organise des concours de ski dès 1931. Face au succès de ses activités hivernales La Colmiane construit Le grand hôtel en 1932 et propose des cours aux enfants des écoles dès 1933. La constitution du Syndicat Intercommunal des Colmianes en 1935 permet de développer les sports d’hiver et deux ans après la construction d’un remonte-pente est engagée. Le téléphérique qui devait arriver au sommet du Conquet, près du Trou du Diable aurait du transporter 200 personnes (et des chiens pour 1 Franc) dès 1939, mais la menace de la guerre stoppa net la construction et seule une dalle au bas du Conquet fut posée.

L’essor de La Colmiane

Il faudra finalement attendre 1951 pour que La Colmiane poursuive son essor avec l’installation du 1er télésiège débrayable de France, un matériel sous licence autrichienne (est-ce grâce à ses liens historiques que la station s’est dotée en 2015 de la plus grande tyrolienne* de France ?). Des sociétés de travaux acrobatiques sont appelées en renfort, et des pistes sont aménagées, dont plusieurs zigzaguent entre les arbres. C’est de cette époque que dateraient les noms très exotiques de certaines d’entre elles, sans que l’origine des noms soit connue, les anciens ayant emporté le secret avec eux. Parmi les pistes vertes  vous pouvez skier sur l’Edelweiss ou la banane; vous pourrez dévaler des pistes bleues comme la mandarine, le citron, les avocats, l’orange ou le suc ; sur les pistes rouges vous prendrez de la vitesse sur les bosquets ou les myrtilles et sur les pistes noires vous hésiterez entre les Bachas et la diable.

Aujourd’hui la station propose aussi des randonnées, du skijoëring**, du parapente, de la luge et un jardin d’enfants à partir de 3 ans avec un tapis roulant. Pour les amateurs d’histoire les églises Ste Croix et St Jacques, classées monuments historiques, valent le détour.

* la tyrolienne de La Colmiane affiche une longueur totale de 2 663 mètres, un dénivelé de près de 300 mètres avec un départ à 1776 mètres d’altitude et une arrivée à 1489 mètres. Vous pourrez parcourir cette distance en moins de 2 minutes, à 120 km/h. Les skieurs peuvent laisser leur équipement dans un chariot, qu’ils récupèrent à l’arrivée.
* * Promenades en traineau et à cheval dans la neige.

Source : Archives départementales des Alpes Maritimes.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

WordPress spam bloqué par CleanTalk.